Voici les nouvelles règles à suivre pour la déclaration des biens immobiliers aux impôts !

Voici les nouvelles règles à suivre pour la déclaration des biens immobiliers aux impôts !

La déclaration d’impôts est une étape incontournable de la vie fiscale des Français. Chaque année, elle apporte son lot de changements et d’ajustements à prendre en compte pour optimiser sa situation. Pour l’édition 2024, les propriétaires immobiliers seront particulièrement concernés par plusieurs nouveautés.

Cet article se propose de vous éclairer sur ces modifications et leurs impacts potentiels sur votre déclaration d’impôts. Que vous soyez propriétaire occupant, bailleur ou investisseur immobilier, restez informé des dernières actualités fiscales pour anticiper au mieux vos obligations et opportunités.

Les obligations de déclaration des propriétaires de biens immobiliers

Chaque année, les détenteurs de biens immobiliers sont tenus d’informer l’administration fiscale sur l’occupation de leurs logements. Cette obligation concerne toutes les formes d’occupation, qu’il s’agisse d’une résidence principale ou secondaire.

L’objectif est de permettre à l’administration de cibler les biens soumis à la taxe d’habitation pour les résidences secondaires et la taxe sur les logements vacants.

Lire aussi :  SCPI : est-ce le meilleur moment d’investir son épargne ?

Modifications de la procédure de déclaration pour 2024

Pour l’année 2024, le gouvernement a introduit une modification dans la procédure de déclaration des biens immobiliers. Auparavant exclusivement en ligne, cette démarche peut désormais être effectuée via un formulaire papier, facilitant ainsi le processus pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec Internet.

Cependant, pour les propriétaires habitués à la déclaration en ligne, rien ne change : ils peuvent toujours accéder à leur espace personnel sur impots.gouv.fr. En cas d’absence d’accès à un ordinateur, il est possible de se rendre dans un espace France services pour obtenir de l’aide. Il est important de noter que seuls les changements concernant les occupants des biens doivent être signalés.

De plus, cette adaptation de la procédure de déclaration vise à rendre le processus plus inclusif et accessible à tous, en tenant compte des différents besoins et préférences des propriétaires. En offrant une alternative papier, le gouvernement s’efforce de simplifier les formalités administratives tout en garantissant que personne ne soit laissé de côté dans ce processus crucial.

Lire aussi :  Anticiper les dépenses d’une donation : une estimation complète des frais de notaire et droits

Conséquences d’une non-déclaration et exceptions

Les propriétaires qui omettent de déclarer l’occupation de leurs biens immobiliers ne sont pas automatiquement soumis à une amende de 150 euros. En effet, pour l’année 2023, aucune sanction financière ne sera appliquée en cas de défaut de déclaration, l’administration fiscale faisant preuve de clémence.

Par ailleurs, il est important de préciser que seuls les changements d’occupants doivent être signalés. Ainsi, si aucun changement n’est enregistré, aucune démarche n’est requise de la part des propriétaires.

Il est toutefois crucial pour les propriétaires de rester vigilants et de veiller à maintenir à jour leurs déclarations immobilières pour éviter tout désagrément futur. Cette période de clémence offre une opportunité pour les propriétaires de régulariser leur situation sans craindre de sanctions financières.

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez les meilleures actualités par mail 1 fois par semaine
(analyses éclairées et informations qui vous intéresseront assurément !)

Adresse e-mail non valide
Nous ne vous spammerons pas, vous pouvez en être sûr(e). Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
vincent cuzon
Vincent Cuzon