Préparez-vous aux impôts 2024 Stratégies pour affronter les nouvelles règles et la hausse du barème

Préparez-vous aux impôts 2024 : Stratégies pour affronter les nouvelles règles et la hausse du barème

L’année 2024 sera marquée par des changements importants en matière de fiscalité. En effet, le gouvernement a adopté plusieurs mesures visant à augmenter les recettes de l’État et à lutter contre l’évasion fiscale.

Parmi ces dispositions, on peut citer la revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu, l’instauration d’un impôt complémentaire sur les bénéfices des multinationales et la suppression de certaines niches fiscales. Comment se préparer à ces nouvelles règles et optimiser sa situation fiscale ?

Revoir sa déclaration de revenus

La première étape consiste à vérifier le montant de son revenu imposable et le nombre de parts de son quotient familial. Le barème de l’impôt sur le revenu a été revalorisé de 4,8 % pour 2024, ce qui signifie que les tranches et les taux d’imposition ont augmenté.

Par exemple, la tranche à 0 % s’applique jusqu’à 10 084 € de revenu imposable par part, contre 9 631 € en 2023. La tranche à 45 % s’applique à partir de 158 122 € de revenu imposable par part, contre 151 027 € en 2023. Il est donc possible que vous changiez de tranche et que vous payiez plus d’impôt qu’auparavant.

Lire aussi :  Cette option offerte par votre compagnie d'assurance vous permet de prendre gratuitement le taxi deux fois par an

Pour réduire votre revenu imposable, vous pouvez déduire certaines charges, comme les pensions alimentaires, les frais de garde d’enfants, les dons aux associations, etc. Vous pouvez également opter pour le régime du quotient pour les revenus exceptionnels ou différés, afin d’éviter une imposition trop élevée.

Adapter son épargne

La deuxième étape consiste à choisir les produits d’épargne les plus adaptés à votre profil et à votre objectif. En effet, certains placements sont plus ou moins avantageux selon le niveau d’imposition et le type de revenus.

Par exemple, le livret A et le livret de développement durable et solidaire sont exonérés d’impôt et de prélèvements sociaux. Ce qui les rend intéressants pour les contribuables fortement imposés.

En revanche, le plan d’épargne en actions (PEA) et l’assurance-vie sont soumis à un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 %, ce qui les rend plus attractifs pour les contribuables faiblement ou moyennement imposés.

Par ailleurs, il faut tenir compte de la durée de détention des placements, car elle influe sur le régime fiscal. Par exemple, les plus-values réalisées sur un PEA sont exonérées d’impôt après cinq ans de détention, tandis que les intérêts perçus sur un compte à terme sont imposés chaque année.

Lire aussi :  Lois de succession : conséquences sur les héritiers et le patrimoine immobilier

Anticiper l’impôt sur les bénéfices des multinationales

La troisième étape concerne les contribuables qui possèdent des parts ou des actions dans des multinationales ou de grands groupes nationaux.

En effet, la France a transposé la directive européenne qui instaure un niveau minimum d’imposition sur les bénéfices de ces entreprises, fixé à 15 %. Ainsi, à partir de 2024, un impôt complémentaire sera prélevé sur les bénéfices réalisés dans des pays à faible taux d’imposition.

Cette taxe sera distincte de l’impôt sur les sociétés et s’appliquera aux entreprises dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 750 millions d’euros.

Pour anticiper cet impôt, les contribuables concernés doivent se renseigner sur le taux d’imposition effectif des pays où sont implantées les entreprises dont ils détiennent des parts ou des actions.

Ils doivent également vérifier si ces sociétés ont mis en place des stratégies d’optimisation fiscale, comme le transfert de bénéfices vers des paradis fiscaux.

Mabourse.fr est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

En tant que Conseiller et Expert Financier, je partage quotidiennement des analyses pointues sur MaBourse.fr.

Voir tous les articles de l'auteur