Minimiser l’impact de la hausse de la taxe immobilière toutes nos astuces

Minimiser l’impact de la hausse de la taxe immobilière : toutes nos astuces

La taxe immobilière est un impôt local qui concerne les propriétaires ou les usufruitiers de biens immobiliers. Elle est calculée sur la base de la valeur locative cadastrale du bien, qui est vérifiée annuellement par la collectivité locale.

En 2024, elle va augmenter pour plus de 34 millions de contribuables, en raison de la suppression progressive de la taxe d’habitation pour les résidences principales.

Demander une exonération ou un dégrèvement

Il existe des cas où vous pouvez être exonéré ou bénéficier d’un dégrèvement de votre taxe immobilière. Par exemple, si vous êtes âgé de plus de 75 ans et que vos revenus sont inférieurs à un certain seuil, vous pouvez être exonéré de la taxe immobilière sur votre résidence principale. Si vous êtes invalide, veuf et autres, il est également possible de demander un dégrèvement de votre taxe immobilière.

Pour bénéficier de ces dispositifs, il faut remplir certaines conditions et lancer une demande auprès de votre administration fiscale locale. Les modalités de cette procédure sont disponibles sur le site des impôts.

Lire aussi :  Taux de crédit immobilier en baisse, une bouffée d'air pour les emprunteurs !

Contester la valeur locative cadastrale de votre bien

La valeur locative cadastrale de votre bien est la base de calcul de votre taxe immobilière. Elle correspond au loyer théorique que vous pourriez percevoir si vous mettiez votre bien en location. Elle est déterminée par l’administration fiscale en fonction de la surface, de la situation, de la qualité et du confort de votre bien.

Or, cette valeur locative cadastrale peut être erronée ou obsolète, notamment si votre bien a subi des modifications ou des dégradations, ou si le marché locatif de votre secteur a évolué. Dans ce cas, vous êtes dans votre droit de la contester et de demander une révision à la baisse.

Pour cela, il va falloir adresser une réclamation au service des impôts fonciers dont vous dépendez, en joignant les pièces justificatives de votre demande (photos, devis, factures, etc.).

Réaliser des travaux d’économie d’énergie

Une autre astuce pour réduire votre taxe immobilière est de réaliser des travaux d’économie d’énergie dans votre logement. En effet, cela peut vous permettre de bénéficier d’un crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), qui est une réduction d’impôt égale à 30 % des dépenses engagées pour améliorer la performance énergétique de votre logement.

Lire aussi :  L’aide mobili-jeune : une aide précieuse pour les moins de 30 ans en alternance

Le CITE est cumulable avec la taxe immobilière, ce qui signifie que vous pouvez déduire le montant du crédit d’impôt de votre taxe immobilière. Ainsi, vous pouvez réaliser des économies sur votre facture fiscale, tout en améliorant le confort et la valeur de votre logement.

La taxe immobilière peut peser lourdement sur le budget des propriétaires ou des usufruitiers de biens immobiliers. Pour minimiser son impact, il existe assez d’astuces qui peuvent vous permettre de réduire le montant de cet impôt ou de compenser sa hausse.

N’hésitez pas à vous renseigner sur vos droits et à réaliser des travaux d’économie d’énergie pour optimiser votre fiscalité immobilière.

Mabourse.fr est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

vincent cuzon
Vincent Cuzon