Hausse des prix bancaires, après l’énergie c’est maintenant les banques qui augmentent les prix

Hausse des prix bancaires, après l’énergie c’est maintenant les banques qui augmentent les prix

Les tarifs bancaires sont un sujet sensible pour les consommateurs, qui voient leur pouvoir d’achat diminuer face à la hausse des prix de l’énergie, des transports ou de l’alimentation. Or, selon une étude publiée par le comparateur Panorabanques, les frais bancaires vont augmenter en moyenne de 1,3 % en 2024, après une baisse de 0,6 % en 2023.

Quelles sont les raisons de cette hausse et comment la limiter ?

Les raisons de cette hausse des prix bancaires

Cette augmentation des prix bancaires s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, les banques doivent faire face à un contexte économique difficile, marqué par la crise sanitaire, la faiblesse des taux d’intérêt et la concurrence accrue des néobanques et des fintechs. Ces éléments réduisent leurs marges et les incitent à augmenter leurs tarifs pour compenser la baisse de leurs revenus.

Ensuite, ces institutions doivent investir massivement dans la transformation digitale, qui implique des coûts importants en matière de sécurité, d’innovation et de conformité. Ces investissements sont nécessaires pour répondre aux attentes des clients, qui sont de plus en plus connectés, exigeants et volatils.

Lire aussi :  Attention aux virements : une pause de quatre jours annoncée dans toutes les banques

Les banques doivent également se conformer aux réglementations européennes, qui imposent des normes strictes en matière de protection des données, de lutte contre le blanchiment et de transparence.

En plus de tout ça, elles doivent aussi faire face à la hausse des coûts de certains services, comme les retraits d’espèces, les chèques ou les incidents de paiement. Ces prestations sont de moins en moins rentables pour elles.

Prenons un exemple très simple. Savez-vous que le coût d’un retrait d’espèces dans un distributeur d’une autre banque est estimé à 0,65 euro pour l’établissement émetteur et à 0,30 euro pour la banque qui réceptionne ?

Les moyens de réduire ses frais bancaires

Face à cette hausse des prix, les clients disposent de plusieurs moyens pour réduire leurs frais bancaires : 

Tout d’abord, ils peuvent comparer les offres des différents établissements qu’on retrouve sur le marché. Pour cela, rien de plus simple que d’utiliser des comparateurs en ligne, comme Panorabanques, qui permettent de trouver la banque la moins chère en fonction de son profil et de ses besoins. Ils peuvent également négocier avec leur conseiller bancaire, en faisant valoir leur fidélité, leur épargne ou leur revenu.

Lire aussi :  Banque en faillite : qu'advient-il de vos liquidités sur vos comptes ?

Ensuite, ils peuvent optimiser leur usage des services bancaires, en évitant les opérations coûteuses, comme les retraits dans les distributeurs d’autres banques, les virements en agence ou les chèques.

Une autre option serait de se tourner vers des alternatives moins chères, comme les banques en ligne, les néobanques ou les fintechs. Ce sont des institutions qui proposent des services à moindre coût, voire gratuit, grâce à des structures légères et des modèles innovants.

Ces acteurs offrent généralement des cartes bancaires gratuites, des frais de tenue de compte nuls, des virements gratuits et des commissions d’intervention limitées. Et c’est justement ce qui vous fera économiser de l’argent.

À ne pas rater !

Ne ratez plus aucune information importante et recevez les directement par email!

Adresse e-mail non valide
justin malraux
Justin Malraux

En tant que Conseiller et Expert Financier, je partage quotidiennement des analyses pointues sur MaBourse.fr.

Voir tous ses articles