Évitez les pièges de l’assurance vie l’expert recommande la mention cruciale à ajouter à votre contrat

Évitez les pièges de l’assurance vie : l’expert recommande la mention cruciale à ajouter à votre contrat

L’assurance vie est un placement financier très prisé des Français, qui permet de se constituer un capital, de le faire fructifier et de le transmettre à ses proches. Mais attention, ce produit n’est pas sans risques.

Eh oui ! Il existe en effet des clauses abusives ou des frais cachés qui peuvent réduire la rentabilité de votre contrat ou vous empêcher d’en disposer librement. Pour éviter ces pièges, il est essentiel de bien lire les conditions générales et particulières de votre contrat, et surtout d’y ajouter une mention cruciale, selon un expert.

Quelle est la mention à ajouter à votre contrat d’assurance vie ?

Selon Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Épargne, il faut absolument inscrire sur votre contrat d’assurance vie la mention suivante : « Je renonce expressément au bénéfice du délai de renonciation de 30 jours« .

Cette mention vous permet de renoncer au droit de rétractation dont vous disposez normalement pendant 30 jours après la signature du contrat. Pourquoi renoncer à ce droit ? Parce qu’il peut vous coûter cher.

Lire aussi :  Préparez-vous aux impôts 2024 : Stratégies pour affronter les nouvelles règles et la hausse du barème

En effet, si vous ne renoncez pas à ce délai, votre assureur ne vous versera pas les intérêts produits par votre contrat pendant ces 30 jours. Or, ces gains peuvent être importants, surtout si vous investissez sur des supports en unités de compte (UC), qui sont plus risqués, mais aussi plus rémunérateurs que les fonds en euros.

En renonçant au délai de renonciation, vous bénéficiez donc immédiatement de la date de valeur de votre versement, c’est-à-dire de la date à partir de laquelle votre capital commence à produire des intérêts.

Quels sont les autres pièges à éviter avec l’assurance vie ?

En plus de la mention sur le délai de renonciation, il faut également être vigilant sur d’autres aspects de votre contrat d’assurance vie, tels que :

  • Les frais : il existe différents types de coûts liés à l’assurance-vie, comme les frais d’entrée, de gestion, d’arbitrage, etc. Ces coûts peuvent varier selon les contrats et les assureurs, et ils peuvent avoir un impact significatif sur la performance de votre placement. Il est donc important de comparer les offres et de négocier les frais les plus bas possibles.
  • Les garanties : certains contrats d’assurance-vie proposent des garanties optionnelles, comme la garantie plancher, décès, vie entière, et autres. Elles peuvent vous protéger en cas de baisse des marchés financiers ou de décès prématuré, mais ne sont pas gratuites. Il faut donc bien évaluer le rapport entre le coût et le bénéfice de ces garanties, et ne pas les souscrire si elles ne sont pas adaptées à votre profil et à vos objectifs.
  • La fiscalité : l’assurance-vie bénéficie d’une fiscalité avantageuse, notamment en cas de rachat ou de succession, mais elle n’est pas exempte d’impôts. Il faut donc bien connaître les règles fiscales applicables à votre contrat, en fonction de la date de souscription, de la durée de détention, du montant des versements, etc.
Lire aussi :  Les secrets du timing financier d’une succession

L’assurance vie est un placement attractif, mais il faut être vigilant et bien s’informer avant de souscrire. N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel indépendant, qui pourra vous orienter vers le contrat le plus adapté à votre situation et à vos besoins.

Mabourse.fr est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

justin malraux
Justin Malraux

En tant que Conseiller et Expert Financier, je partage quotidiennement des analyses pointues sur MaBourse.fr.

Voir tous les articles de l'auteur