Assurance vie comment désigner son concubin comme bénéficiaire

Assurance vie : comment désigner son concubin comme bénéficiaire ?

Dans le cadre d’une relation de concubinage, la transmission du capital de votre assurance vie peut s’avérer complexe. C’est pourquoi nous avons élaboré pour vous un guide étape par étape afin de faciliter cette démarche.

Que vous souhaitiez anticiper l’avenir ou simplement sécuriser la situation financière de votre partenaire, ce guide vous fournira toutes les informations nécessaires pour comprendre et mettre en œuvre efficacement cette procédure. De la désignation du bénéficiaire à la fiscalité applicable, découvrez comment optimiser la transmission de votre assurance vie à votre concubin.

La désignation du bénéficiaire dans un contrat d’assurance vie

Dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, la clause bénéficiaire est une composante cruciale. Elle permet au souscripteur de nommer l’individu ou les individus qui hériteront du capital ou de la rente après son décès. Cette clause assure que les économies réalisées seront transmises conformément aux souhaits du souscripteur.

Toutefois, sa formulation peut s’avérer complexe, en particulier lorsqu’il s’agit de nommer un partenaire non marié comme bénéficiaire. L’assureur offre généralement une clause standard qui convient aux familles traditionnelles et aux couples mariés ou liés par un PACS.

Lire aussi :  L'année de la révolution pour le RSA et la prime d'activité : ce que change l'annonce de Gabriel Attal

Adapter la clause bénéficiaire à sa situation familiale

Pour les personnes non mariées ou sans lien de parenté avec leurs enfants, l’adaptation de la clause bénéficiaire est possible. Il est conseillé d’inscrire le nom et la date de naissance du partenaire dans la clause pour éviter toute ambiguïté.

De plus, cette clause n’est pas immuable et peut être modifiée au gré des changements de situation familiale tout au long du contrat. Si l’on souhaite répartir inégalement l’épargne entre les bénéficiaires, il suffit de préciser cette intention dans la clause. Ainsi, l’assurance vie offre une flexibilité permettant d’ajuster la transmission du patrimoine en fonction des circonstances personnelles.

Les bénéfices fiscaux de l’assurance vie pour la transmission du patrimoine

L’assurance vie est un outil précieux pour transmettre son patrimoine en bénéficiant d’une fiscalité allégée. En effet, les sommes versées avant le 70ème anniversaire du souscripteur sont soumises à un abattement fiscal pouvant atteindre 152 500 euros par bénéficiaire.

Cela signifie que ces montants ne seront pas imposés lors de la transmission après le décès du souscripteur. Par contre, les primes versées après 70 ans et dépassant 30 500 euros sont assujetties aux droits de succession. Le taux d’imposition varie alors selon le lien entre le défunt et le bénéficiaire.

Lire aussi :  Les montants des pensions d’invalidité octroyées par l’Assurance-maladie ont été revalorisés

Il est également important de noter que les bénéficiaires désignés dans le contrat d’assurance vie peuvent être différents de ceux mentionnés dans le testament, offrant ainsi une certaine flexibilité dans la planification successorale. En outre, l’assurance vie permet de contourner les délais de règlement de la succession, offrant ainsi une liquidité immédiate aux bénéficiaires désignés

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez les meilleures actualités par mail 1 fois par semaine
(analyses éclairées et informations qui vous intéresseront assurément !)

Adresse e-mail non valide
Nous ne vous spammerons pas, vous pouvez en être sûr(e). Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
justin malraux
Justin Malraux

En tant que Conseiller et Expert Financier, je partage quotidiennement des analyses pointues sur MaBourse.fr.

Voir tous ses articles